Pasteur Paul Balliere
Open Panel

24 CALENDRIER  DE  L'AVENT NOËL  DE  PAIX

  24  DECEMBRE

 NOËL  DE  PAIX

 « Car un enfant nous est né, un fils nous est donné,

et la domination reposera sur son épaule; on l'appellera...Prince de la paix. »

(Esaïe 9.5)

 Voyez le Prince de la paix dans  l'étable de Bethléhem ! Où est le palais ? Où sont les sujets de Sa Majesté, le trône, la pompe, le faste, les habits somptueux ? Où sont la couronne et le sceptre royal ?

 Quoi ! Sa mère, une modeste jeune fille d'Israël ! Son père adoptif, un simple charpentier d'un village méprisé ! Et pour courtisans, des bergers, illustres inconnus ! Est-ce vraiment ce bébé, le Prince de la paix ? Est-ce cela l'Évangile de Dieu, la bonne nouvelle venue d'en haut ?

 La paix a un Prince. Un prix aussi. Inestimable. Seuls l'esprit et la foi éclairés discernent, dans la pénombre de la crèche, l'ombre de la croix. « Il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui... » (Esaïe 53.5).

 L'un de nos vieux cantiques dit: « De la croix, la grâce coule, comme un fleuve constamment. Ô venez ! Venez en foule, un plein pardon vous attend ! » Dieu avait dit: « Je leur ouvrirai une source abondante de paix et de fidélité. » (Jérémie 33.6)

 De la croix, La paix coule depuis des siècles sans jamais tarir. Voyez le crucifié de Golgotha ! Notre paix jaillit de son front couronné d'épines, de son dos déchiré par les coups, de ses mains et de ses pieds percés par les clous, de son côté transpercé par la lance romaine. « Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près; car par lui nous avons accès auprès du Père, dans un même Esprit. » (Ephésiens 2.17-18)

 Vous sentez-vous ennemis de Dieu par vos pensées et par vos mauvaises actions ? Acceptez la paix, sa paix. « Il a voulu par lui [Jésus-Christ] réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. » (Colossiens 1.20)

 « Sonnez canons, résonnez fusils ! » Tel est le Noël infernal du diable. Entendez ceux-ci, les larmes et les cris sont les hymnes de leur nuit cruelle. Voyez ceux-là, le sang, les ruines, le deuil sont l'illumination de leur détresse. Ils sont légions à ne plus avoir la force de soupirer. Sur une terre qui n'a cessé d'être une jungle, où la loi du plus fort semble être toujours la meilleure, mourir semble être, pour le plus faible, l'option de rêve. A l'heure où des millions meurent de faim physique et spirituelle, où est « la maison du pain » ? Où est la Bethléhem d'hier ?

 Nous ne pouvons avoir la paix sans son Prince. C'est pourquoi l'apôtre Paul écrit: « Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d'avoir eu par la foi accès à cette grâce... » (Romains 5.1-2)

 Douce nuit de Noël, tu es déjà mon jour, puisque le Soleil de justice est né  ! Chants angéliques, ne cessez jamais de charmer mon cœur ! Dites à toujours: « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu'il agrée ! » (Luc 2.14)

 Christ réalise en sa personne les deux types les plus glorieux de la royauté théocratique. Il est le vrai David et le vrai Salomon. Il est à la fois le conquérant et le pacificateur. La paix de son peuple sera assurée pour toujours par le triomphe qu'il remportera sur ses ennemis: « Car le joug qui pesait sur lui, le bâton qui frappait son dos, la verge de celui qui l'opprimait, tu les brises, comme à la journée de Madian. Car toute chaussure qu'on porte dans la mêlée, et tout vêtement guerrier roulé dans le sang, seront livrés aux flammes, pour être dévoré par le feu. » (Esaïe 9.3-4)

 Le prophète voit le peuple au comble de la détresse et du malheur, il le compare à une bête de somme: le joug pèse sur elle, la verge frappe son épaule, et l'aiguillon avec lequel son exacteur la stimule, perce ses flancs. Mais toute cette souffrance prendra fin. Le Messie vient.

 De très loin, au-delà du premier Noël fait d'abaissement, d'humilité et de souffrance, Esaïe contemple le règne millénaire de Christ, règne de gloire et de paix. En ce temps-là, « le loup habitera avec l'agneau, et la panthère se couchera avec le chevreau; le veau, le lionceau, et le bétail qu'on engraisse, seront ensemble, et un petit enfant les conduira. La vache et l'ourse auront un même pâturage, leurs petits un même gîte; et le lion, comme le bœuf, mangera de la paille. Le nourrisson s'ébattra sur l'antre de la vipère, et l'enfant sevré mettra sa main dans la caverne du basilic. Il ne se fera ni tort ni dommage sur toute ma montagne sainte; car la terre sera remplie de la connaissance de l'Éternel, comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent. » (Esaïe 11.6-9)

 En ce temps-là, la paix ne sera plus troublée, parce que les méchants seront détruits. L'harmonie universelle règnera sous le sceptre du Messie. Le rétablissement de la paix s'étendra à la nature elle-même. Ô Jésus, que ton règne vienne ! C'est toi qui nous donnes la paix.

 Le prophète Michée a annoncé, lui aussi, un Noël de paix que nous célébrons, et un règne de paix que nous attendons: « Et toi, Bethléhem Ephrata, petite entre les milliers de Juda, de toi sortira pour moi celui qui dominera sur Israël, et dont l'origine remonte aux temps anciens, aux jours de l'éternité...C'est lui qui ramènera la paix. » (Michée 5.1,4)

 Zacharie a prononcé cet oracle, parole de l'Éternel: « Sois transportée d'allégresse, fille de Sion ! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici, ton roi vient à toi...Je détruirai les chars de Jérusalem; et les arcs de guerre seront anéantis. Il annoncera la paix aux nations et il dominera d'une mer à l'autre, depuis le fleuve jusqu'aux extrémités de la terre. » (Zacharie 9.10)

 Au psaume 72, Salomon dit: « Les montagnes porteront la paix pour le peuple, et les collines aussi, par l'effet de la justice...En ses jours le juste fleurira, et la paix sera grande... » (v.3,7)

 Quelque temps avant le premier Noël, Zacharie, le père de Jean-Baptiste, « fut rempli du Saint-Esprit, et il prophétisa en ces mots:...grâce aux entrailles de la miséricorde de notre Dieu, en vertu de laquelle le soleil levant [Christ] nous a visités d'en haut, pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, pour diriger nos pas dans le chemin de la paix. » (Luc 1.67,78-79)

 « La domination reposera sur son épaule. » Les insignes d'une charge se portaient sur l'épaule.

 Jésus, l'Agneau de Dieu, victime expiatoire pour mes péchés, a porté la croix sur l'épaule.

 Jésus, mon berger, m'a porté sur ses épaules. J'étais la brebis perdue, égarée, blessée, fatiguée. Il m'a ramené à la bergerie.

 Jésus, mon Souverain Sacrificateur, intercède pour moi à la droite de Dieu. Il porte mon nom sur son épaule (voyez Exode 28.9-12) Il se souvient sans cesse de moi.

 Jésus, mon roi, porte la domination sur son épaule. Il est Roi des rois, au-dessus de tout et de tous.

 Jésus est mon salut, ma destinée, ma sécurité, mon espérance.

 Il est mon Noël d'hier, d'aujourd'hui, et de demain.

 Joyeux Noël à tous !

 PASTEUR Paul Ballière