Pasteur Paul Balliere
Open Panel

COMMENT  VOUS  PREPARER  POUR  L'AU-DELA ?

  Jésus a donné un enseignement très précieux sur l'au-delà. Il a dit: « Il y avait un homme riche, qui était vêtu de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour menait joyeuse et brillante vie. Un pauvre, nommé Lazare, était couché à sa porte, couvert d'ulcères, et désireux de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche; et même les chiens venaient encore lécher ses ulcères.

Le pauvre mourut, et il fut porté par les anges dans le sein d'Abraham. Le riche mourut aussi, et il fut enseveli. Dans le séjour des morts, il leva les yeux; et tandis qu'il était en proie aux tourments, il vit de loin Abraham, et Lazare dans son sein. Il s'écria: Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu'il trempe le bout de son doigt dans l'eau et me rafraîchisse la langue; car je souffre cruellement dans cette flamme. Abraham répondit: Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne; maintenant il est ici consolé, et toi, tu souffres.

D'ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d'ici vers vous, ou de là vers nous, ne puissent le faire. Le riche dit: Je te prie donc, père Abraham, d'envoyer Lazare dans la maison de mon père; car j'ai cinq frères. C'est pour qu'il leur atteste ces choses, afin qu'ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments. Abraham répondit: Ils ont Moïse et les prophètes; qu'ils les écoutent. Et il dit: Non, père Abraham, mais si quelqu'un des morts va vers eux, ils se repentiront.

Et Abraham lui dit: S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu'un des morts ressusciterait » (Luc 16.19-31).

 Une question préalable: peut-on prier pour nos morts ? Qu'a dit Jésus ? « Abraham répondit: Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne; maintenant il est ici consolé, et toi, tu souffres. D'ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d'ici vers vous, ou de là vers nous, ne puissent le faire. » (v.25-26)

 Dans l'au-delà, aucun changement n'est possible. L'évangile emploie un mot très fort pour parler de la séparation entre le lieu de repos et le lieu de tourments: « abîme ». La situation des âmes rachetées et celle des damnés est définitive. Après la mort physique, il est trop tard pour se préoccuper de l'éternité. On y entre immédiatement.

 D'ailleurs, réfléchissons. Si un changement était possible dans l'au-delà, je ne pense pas que ceux qui jouissent de la félicité éternelle voudraient aller en enfer ! Mais si les âmes perdues voulaient passer des tourments éternels à la magnificence du ciel, ce serait impossible. Sinon, à quoi servirait la marche fidèle des chrétiens sur la terre, leur foi, leur amour pour Dieu et pour Christ si, finalement, tous les êtres humains, quelle que soit leur vie, devaient se retrouver au ciel ? Pourquoi envoyer des missionnaires dans les terres lointaines, parfois au péril de leur vie, pour prêcher l'évangile, si tous seront sauvés ?

 Prier pour un mort, s'il est sauvé, ne sert de rien. Tout va très bien pour lui, soyez-en pleinement persuadés ! Il est dans la gloire de Dieu.

 Aussi douloureuse que soit cette vérité, je dois vous dire que prier pour un mort, s'il est perdu, ne sert de rien. Il ne sera jamais sauvé. La situation est définitive et éternelle. C'est Jésus qui l'a enseigné.

 La religion vend le ciel, en échange de monnaie sonnante et trébuchante. Elle vend ses prières et ses messes pour les morts. Tout cela est absolument vain. Et injuste aussi. En effet, supposons que deux personnes meurent le même jour. L'une était issue d'une famille riche. L'autre était seule, et sans le sou.

 On nous dit qu'il faut prier pour l'âme des défunts et acheter prières et messes. Seule l'âme riche pourra bénéficier des euros de la famille restante. Où est la justice de Dieu dans tout cela ? L'évangile n'a jamais enseigné de telles voies.

 Toute destinée éternelle, la vôtre, la mienne, se décide ici-bas, et maintenant.

 Comment se préparer pour l'au-delà ? Nous devons réaliser que nous sommes tous pécheurs, que pas un de nous n'est juste devant Dieu. La Bible dit: « Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Romains 3.23); et encore: « Il n'y a pas de juste, pas même un seul; nul n'est intelligent, nul ne cherche Dieu; tous sont égarés, tous sont pervertis; il n'en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul » (Romains 3.10-12).

 En conséquence, nous méritons la perdition, et nous sommes effectivement perdus si nous n'appartenons pas à Christ.

 Mais « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle » (Jean 3.16).

 En mourant sur la croix, Jésus a expié nos péchés. La Bible dit: « Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie; et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous » (Esaïe 53.4-6).

 « Celui [Jésus] qui n'a pas connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu » (2 Corinthiens 5.21).

 En dehors de cette voie, en dehors de la foi en Jésus-Christ, il n'y a pas de salut: « Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4.12).

 C'est uniquement par la foi en Jésus-Christ que nous sommes sauvés, et non par nos bonnes œuvres. La Bible dit: « C'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie » (Ephésiens 2.8-9).

 Lorsque nous saisissons vraiment, par la foi, l'œuvre de Jésus accomplie pour nous sur la croix, nous sommes délivrés de la condamnation et de la perdition éternelle: « Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ », dit la Bible (Romains 8.1). Jésus dit: « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie » (Jean 5.24).

 Acceptez Jésus-Christ dans votre vie. Croyez qu'il a pris sur lui tous vos péchés en mourant sur la croix. Demandez-lui de vous pardonner et de faire de vous une nouvelle personne. Il le fera. Il vous sauvera, aujourd'hui, et pour toujours.

 PASTEUR Paul Ballière