La Bible
Open Panel

LES SOMMAIRES DE LA BIBLE 08

 

PASTEUR ROGER COPIN

 

32  - SOMMAIRE SUR LE SEJOUR DES MORTS - Luc 16/23

En hébreu : "schéol", en grec : "hadès", signifie "lieu invisible" ou "monde invisible". Selon les Ecritures, lieu où sont les créatures humaines entre la mort et la résurrection.

Ce mot apparaît dans les passages suivants : Mat. 11/23 ; 16/18 ; Luc 10/15 ; Actes 2/27-31 ; Ap. 1/18, 6/8, 20/13-14 ; Hab. 2/5-

- LE HADES AVANT L'ASCENSION DE CHRIST ;

Les passages dans lesquels se mot apparaît donnent très clairement l'idée que le hadès fut dès le commencement séparé en deux parties : le séjour des sauvés, et celui des perdus.

Le premier est appelé "paradis" et "sein d'Abraham". Les deux désignations furent adoptées par JESUS-CHRIST (Luc 16/22 ; 23/43). Les morts bénis sont avec Abraham dans un état conscient, et ils sont consolés (Luc 16/25).

Les perdus sont séparés des sauvés par un grand abîme.

L'homme représentant les perdus est le mauvais riche ; il est vivant, conscient, jouit de la plénitude de ses facultés dans le tourment et la souffrance.

L'homme représentant les sauvés est le brigand crucifié qui fut le même jour avec CHRIST dans le paradis.

- LE HADES APRES L'ASCENSION DE CHRIST ;

En ce qui concerne les perdus, aucun changement n'est mentionné dans les Ecritures. Au jugement, devant le grand trône blanc, le hadès les rendra ; ils seront jugés, puis jetés dans l'étang de feu (Ap. 20/13-14).

En ce qui concerne le paradis, il y a changement ; Paul y fut ravi (2 Cor. 12/1-4) (paradis vient du persan et signifie jardin). Ainsi le paradis serait en la présence de DIEU.

On suppose que la date de ce changement est indiquée dans Eph. 4/8-10, littéralement il est écrit : "Il a emmené captive la captivité" (les sauvés qui étaient retenus dans le séjour des morts). Il est immédiatement ajouté qu'il était descendu dans les régions inférieures de la terre, c'est-à-dire dans la partie du hadès appelée paradis (Jean 3/13 ; 1 Pi. 3/19).

Pendant la dispensation de l'Eglise, les sauvés qui auront passé par la mort seront absents de leur corps et ne vivront plus dans la chair (Phil. 1/22-23). Les perdus qui auront passé par la mort resteront dans le hadès et les sauvés seront près du Seigneur ; les deux attendront la résurrection (Job. 19/25 ;

1 Cor. 15/52 ; Mat. 5/22 ; 16/18).

- AUTRES REFERENCES CONCERNANT LE SEJOUR DES MORTS :

Gen. 37/35, 42/38, 44/29 ; Act. 2/31 ; Es. 14/9 ; Psaume. 16/10, 9/18, 139/8 ; Pro. 5/5, 9/18 ; Jean 5/29.

Après le jugement, le lieu de souffrances porte le nom de Géhenne (Mat. 5/22 ; Ap. 20/13-15) ; de feu éternel (Mat. 18/8 ; Jude 7) ; de flammes éternelles (Es. 33/14 ; Héb. 10/27) ; de fournaise ardente (Mat. 13/42-50) ; de géhenne de feu (Mat. 5/22, 10/28, 18/8 ; Marc 9/47 ; Luc 12/15) ; de feu qui ne s'éteint point (Es. 66/24 ; Mat. 3/12 -, Marc 9/43 ; Luc 3/17) ; le ver qui ne meurt point (Marc 9/44-48) ; un abîme (2 Pi. 2/4 ; Ap. 20/1) ; les ténèbres (Mat. 22/13 ; 25/30).

Géhenne signifie : "vallée de Hinnon" où des sacrifices humains furent offerts. Dans le Nouveau Testament, cette expression ne se trouve que sur les lèvres de JESUS-CHRIST, sauf Jacques. 3/6- Ce lieu était consacré par les païens et les juifs .idolâtres, au. culte de Moloc ou de Milcom (Jér. 7/20). Ce mot se trouve dans les passages suivants : Mat. 5/22-30 ; 10/28 ; 18/9 ; 23/15-33 ; Marc 9/43, 45, 47 ; Luc 12/7 ; Jacques. 3/6).

33- SOMMAIRE SUR SATAN - Apocalypse 20

Etre terrible, apparemment créé comme l'un des chérubins (Ez. 28/5-14), oint pour une position de grande autorité, probablement sur le première création (Gen. 1/2, idée de la création préadamique) "la terre devint informe et vide."

Tomba par l'orgueil (Es. 14/12-14). La parole "je serai" (Es. 14/13), marque l'introduction dans le monde, chassé des cieux (Luc 10/18). Il fait de la terre et de l'air la scène de son inlassable activité (Eph. 2/2 ; 1 Pi. 5/8).

Après la création de l'homme, il entra dans le serpent (Gen. 3/3), puis séduisant Eve par sa subtilité provoqua la chute d'Adam et par son moyen celle de la race entière (Rom. 5/12-14).

L'alliance Adamique (Gen. 3/14-19) comporte finalement la destruction de Satan par la postérité de la femme. Alors commence sa longue lutte contre l'Oeuvre de DIEU (ou rédemption) en faveur de l'humanité.

Le système actuel du monde (Ap. 13/8) reposant sur les principes de force, de cupidité, d'égoïsme, d'ambition et de plaisirs charnels est l'œuvre de Satan, et c'est, la part qu'il offrit à JESUS (Mat. 4/6-9). Il est donc devenu "le prince de ce monde" (2 Cor. 4/4) et "le prince de la puissance de l'air" (Eph. 2/2.)

Il est le chef de la grande armée des démons (Mat. 12/24), subordonné à DIEU, il a cependant la puissance de la mort (Hébreux 2/14). Chassé des cieux et déchu de son premier état, il semble avoir encore accès près de DIEU comme accusateur des frères (Apocalypse 12/10).

DIEU lui laisse une certaine puissance pour éprouver ses enfants (Job 16/9 ; Luc 22/31 ; 1 Cor. 5/5 ; 1 Tim. 1/20), mais sa puissance est limitée et les croyants sont gardés dans la foi par l'intercession de CHRIST : Luc 22/31-32 ; 1 Jean 2/1.

Le privilège d'accès près de DIEU comme accusateur sera retiré à Satan au commencement de la grande tribulation (Ap. 12/1-12).

Au retour de CHRIST en gloire, Satan sera lié pour mille ans après quoi il sera relâché pour un peu de temps (Ap. 20/3-7)- Il sera à la tête de l'effort final produit en vue de détruire le royaume de DIEU. Vaincu, il sera enfin dans l'étang de feu qui est sa destination. La notion de son règne en enfer n'est pas biblique. Il est le prince de ce monde et sera éternellement tourmenté dans l'étang de feu.

XXXIV - SOMMAIRE SUR LES DEMONS - Matthieu 7/22

Leur origine n'est pas clairement révélée. Faut-il les assimiler aux anges déchus ? (2 Pierre 2/4 ; Jude 6).

Les démons sont des esprits (Mat. 12/43). Emissaires de Satan (Mat. 12/24 ; 25/41). Ils sont si nombreux qu'ils font croire à l'omniprésence de Satan (Marc 5/9). Ils peuvent agir sur les hommes et sur les animaux (Marc 5/8, 11 , 13). Ils peuvent posséder les corps, sans lesquels ils paraissent impuissants (Marc 5/10-12 ; Mat. 4/24, 8/16, 8/28, 9/32, 12/22 ; Marc 1/32, 5/15-18 ; Luc 8/36 ; Actes 8/7, 16/16). Ils sont malicieux, impurs, violents.

 Ils connaissent JESUS-CHRIST et reconnaissent sa suprême autorité (Mat. 8/31 ; Marc 1/24 ; Act. 19/15 , Jac. 2/19). Ils connaissent aussi leur avenir éternel (Mat.8/29, remarquez : "avant le temps"-; Luc 8/31).

Ils infligent des maladies physiques (Mat. 12/22, 17/15-18 ; Luc 13/11). L'influence des démons peut se manifester dans l'ascétisme et le formalisme religieux (1 Tim. 4/1-3) dégénérant en impureté (2 Pi. 2/10-12) l'un des signes de l'influence démoniaque dans ce domaine est l'abandon de la foi (1 Tim. 4/1).

Les démons combattent spécialement les chrétiens qui. veulent être spirituels (Eph. 6/12).

Tous les incroyants (ceux qui ne sont pas nés de nouveau) sont accessibles à la possession démoniaque.

Comme ressource, le chrétien a la prière (Mat. 17/21), et la panoplie divine (Eph. 6/13-18).

L'exorcisme au nom de JESUS-CHRIST fut pratiqué.

35 - SOMMAIRE SUR LA CHAIR - Jude 23

La "chair" désigne le sens moral de toute créature humaine naturelle et irré­générée (esprit, âme et corps). Concentrée en elle même, esclave du péché et opposée à DIEU (Romains 7/18).

L'homme régénéré n'est pas dans la sphère de la "chair", mais dans la sphère de l'esprit (Romains 8/9). Cependant, la chair est encore en lui et il peut, selon son choix, marcher selon la chair ou selon l'Esprit (1 Cor. 3/1-4 ; Galates .5/36-17)

La victoire sur la chair sera l'expérience normale du chrétien qui marche selon l'Esprit (Romains 8/2-4).

36 - SOMMAIRE DE LA NATURE HUMAINE - 1 Thessaloniciens 5/23

L'esprit et l'âme ne sont pas identiques, ainsi que cela est prouvé par le fait qu'ils sont distingués dans les Ecritures (Hébreux 4/12).

Cette distinction est clairement exposée dans la mort et la résurrection du corps (1 Cor. 15/44 : lire "corps naturel" plutôt que "corps animal").

Selon les Ecritures, la distinction établie est la suivante :

. "L’esprit" est ce qui permet à l'homme de se connaître lui-même (1 Cor. 2/11). "l'âme" est le siège des affections, des désirs, des émotions, de la volonté et de la personnalité (Mat. 26/38, 11/29 ; Jean 12/27 ; Deut. 6/5, 14/26) -voir autres versions que Segond- (1 Sam. 18/1, 20/4) -ailleurs, ce que "ton âme désire"- (1 Sam. 20/17 ; Job 7/11 -autre version- 14/22 ; Psaume. 42/2-6, 84/3).

Références pour "l'Esprit de DIEU" : Genèse 1/2 ; Matthieu 3/16.

Référence pour l'esprit de l'homme : Genèse 41/8 ; 1 Corinthiens 5/5.

L'homme étant doué d'un esprit est capable de connaître DIEU et de pouvoir communiquer avec Lui (Job 32/8 ; Proverbes 20/27).

L'homme étant âme, a conscience de lui-même (Psaumes 13/3, 42/6, 7, 12).

L'homme étant corps a, par ses sens, conscience du monde extérieur (Gen. 1/26).

 

37 - SOMMAIRE DU PECHE - Romains 3/23

C'est :

  1. Une transgression, c'est-à-dire outrepasser la loi divine qui est la limite entre le bien et le mal (Psaume. 51/3-5 ; Luc 15/29).
  2. Une iniquité, acte en contravention avec l'équité et la justice (Psaume 51/11).

3- Faute : abandon du droit chemin (Romains 1/18 ; 1 Jean 3/4).

  1. Un égarement, un échec dans la tentative d'atteindre le but divin (Romains 3/23 )
  2. Offense : intrusion de la volonté humaine dans le domaine divin (Eph. 2/1).
  3. Un désordre, la licence (1 Timothée 1/9)
  4. Une insulte à la vérité, l'incrédulité (Jean 16/9)

Satan est l'auteur du péché (Es. 14/12-14) qui entra dans le monde par la désobéissance d'Adam (Romains 3/23 ; 1 Pierre 2/22).

L'une des conséquences du péché est la mort physique et spirituelle (Gen. 2/17, 3/19 ; Ez. 18/4, 18/20 ; Rom. 6/23).

On est justifié du péché par la foi (Actes 13/38).

Seul remède au péché : CHRIST (Actes 4/12 ; Hébreux 9/26).

38 - SOMMAIRE DU PARDON - Matthieu 26/28

Pardon ou rémission sont termes identiques (Actes 10/43 ; Hébreux 9/22).

Le mot grec "âphesis" signifie : faire partir, renvoyer. C'est le sens fondamental du pardon à travers toute l'Ecriture = séparer le pécheur de son péché.

Le pardon humain suppose la remise de la pénalité, tandis que le pardon divin suit l'exécution de la pénalité : Lév. 4/35 ; Hébr. 9/18-22 ; 1 Jean 1/6-9 ; Gen. 4/4).

Si le péché est confessé et abandonné, la communion interrompue est rétablie.