Evangélisation
Open Panel
 

LE BONHEUR EXISTE-T-IL VRAIMENT ?

  

Par Alain LARROQUE

  

L'Ecclésiaste pouvait écrire ceci : "Au jour du bonheur, jouis du bonheur, et au jour du malheur, réfléchis : car Dieu a fait l'un et l'autre, si bien que l'homme ne peut rien découvrir de ce qui doit lui arriver. (Ecclésiaste 7/14)

  Le bonheur, la joie, être heureux, voilà des mots qui ont perdu beaucoup de valeur dans la vie de notre société. Comment le monde voit-il le bonheur ? L'homme du monde parle de bonheur quand la chance lui sourit, quand les circonstances de la vie lui sont favorables. L'homme du monde veut construire son bonheur sur la base des circonstances, de l'argent, de la réussite, du plaisir, mais n'est-ce pas un bonheur qui s'effrite très vite ?  Pourquoi le bonheur n'existe-t-il pas sur la terre ?

L'Ecclésiaste répond à cette question : "Le bonheur n'est pas pour le méchant, et il ne prolongera point ses jours, pas plus que l'ombre, parce qu'il n'a pas de la crainte devant Dieu." (Ecclésiaste 8/13)   La rébellion du cœur de l'homme à l'égard de Dieu et de Sa parole ne peut que lui attirer le malheur. Le refus de respecter Dieu, le Créateur de tout l'univers et de tout ce qui vit, ne peut qu'attirer la désolation et la tristesse. Placer sa confiance dans l'homme mortel au lieu de la placer en Dieu, ne peut que nous éloigner du bonheur.  

 

 

Jérémie, le prophète, a pu dire à ses contemporains de la part du Seigneur : "Maudit soit l'homme qui compte sur des hommes, et qui fait des moyens humains la source de sa force." (Jérémie 17/5 et 6)

  

 

Revenons à ce que disait l'Ecclésiaste : "Au jour du bonheur, sois heureux et au jour du malheur, réfléchis." Il y a un temps pour tout. Par conséquent, l'homme devrait être reconnaissant au jour du bonheur. Mais l'homme sait-il être reconnaissant et satisfait ? Non. Au jour du malheur, réfléchis ou regarde. Comme l'homme ne sait pas toujours être reconnaissant pour le bonheur dont il pourrait jouir et qu'il ne porte pas ses regards vers Dieu, Dieu permet le malheur, afin de l'amener à réfléchir, à rentrer en lui-même, à penser à son Créateur et réaliser que sa vie est bien fragile sans Dieu. Un auteur a écrit ceci : "S'il n'y avait ici-bas que bonheur, l'homme ne serait jamais préparé à la mort."

  

Le bonheur existe-t-il vraiment pour l'homme pécheur ?

                                                                         

L'apôtre Paul écrivait ceci aux chrétiens de Rome : "Heureux l'homme que Dieu déclare juste sans qu'il ait aucune oeuvre méritoire à présenter. Heureux ceux dont les offenses ont été pardonnées et dont les péchés ont été effacés. Heureux l'homme au compte de qui le Seigneur ne porte par le péché." Romains 4 : 6 à 9.

                                                                                   Le bonheur peut exister pour l'homme pécheur, à cause de Jésus qui a fait l'expiation des péchés en mourant sur la Croix. David a écrit cette merveilleuse vérité, qu'il a expérimentée lui-même, dans le psaume 32, versets 1 et 2 : "Heureux celui dont la transgression est élevée, dont le péché est pardonné ! Heureux l'homme à qui l'Eternel ne tient plus compte de sa faute, et dans l'esprit duquel il n'y a point de fraude." David a pu connaître ce bonheur, parce qu'il a reconnu son péché, qu'il l'a avoué à Dieu et qu'il a cru dans le pardon de Dieu.   

 

 

La réaction première de l'homme qui a désobéi, c'est de vouloir dissimuler son péché, comme Adam et Eve lors de leur chute : quand Dieu les a appelés, ils se sont cachés.

  

 

Dans le livre des Proverbes au chapitre 28 et au verset 13, il est dit ceci : "Celui qui dissimule ses fautes ne réussit pas. Mais celui qui les confesse et les délaisse trouve de la compassion." Le péché qu'on veut dissimuler nous retrouvera tôt ou tard, peut-être même des années après, parce que Dieu ne laissera pas impuni le péché sous quelque forme qu'il soit. Donc, ce que tout homme doit faire pour jouir de ce bonheur, c'est de faire connaître son péché, comme David, et de croire dans le pardon de Dieu en Jésus-Christ. Car David a dit : "Tu as effacé la peine de mon péché."

  

OUI, il y a bientôt deux mille ans, un homme du nom de Jésus est mort pour les autres, alors Que Lui-même n'avait jamais péché.

 

 OUI, Il a accepté d'être fait péché sur la Croix, pour que l'homme qui confesse son péché soit   Revêtu du vêtement de la justice divine.

 OUI, l'homme qui confesse sincèrement ses péchés et croit dans le pardon acquis par Jésus-Christ, l'Agneau de Dieu, peut connaître le pardon et par-là même le bonheur, la paix, la liberté véritable et l'assurance de la vie éternelle.

  L'apôtre Jean écrivait à ses contemporains : "Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité." I Jean 1/9  Amis, je voudrais vous inviter à venir à Jésus qui vous aime et qui a donné Sa vie pour vous, afin que vous connaissiez en Lui la vraie source du bonheur.   

 

Vous pouvez aller sur www.vi7vi.com

 

 

pour regarder nos entretiens sur différents thèmes.

 

CVA Multimédia

114 av du Taillan Médoc  33320 Eysines

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.