Dons Spirituels
Open Panel

03 DONS D'INSPIRATION

 

Pasteur Albert LEBLOND

 

1) Don de parler diverses langues

2) Don d'interprétation des langues

3) Don de prophétie.

 

LES DONS DE L'ESPRIT (7)

 

LE DON DE PARLER DIVERSES LANGUES.

 

I Corinthiens 12/10 : ... « A un autre le don de parler diverses langues»...

Troisième groupe de trois dons : dons d'inspiration, d'adoration ou don d'élocution. Ce don de l'Esprit : «don de parler diverses langues» ne doit pas être confondu avec «le signe» du parler en langues qui est le résultat immédiat, et la preuve que l'on a reçu le baptême dans le Saint-Esprit : Actes 2/4 ; 10/46 et 19/6 ; 1 Corinthiens 14/18.

Il est important de distinguer le «signe» du parler en langues manifesté par tous ceux qui sont baptisés dans le Saint-Esprit, au don de parler en langues en public, qu'à l'évidence tous n'ont pas (1 Corinthiens 12/30).

Jésus est présenté par Jean-Baptiste, comme celui qui «baptisera du Saint-Esprit et de feu» (Matthieu 3/11).

Il parlera de ce don comme «la promesse du Père» accordée à ceux qui la demanderont (Luc 11/13).

Puis, Jésus annonce la réalisation de cette promesse : «A tous ceux qui croiront, ils parleront de nouvelles langues» (Marc 16/17).

Enfin, Pierre en fait l'une des trois expériences de base de ceux qui veulent se convertir (en fait trois baptêmes) :

1 - Repentez-vous (pardon, salut, nouvelle naissance) : Tite 3/5.

2 - Soyez baptisés (dans l'eau) : Luc 3/21 ; Actes 2/41 ; 10/47- 48.

3 - Vous recevrez le don du Saint-Esprit : Actes 2/38 ; 10/44- 46.

Juste avant son ascension le Christ précise à ses disciples : «Et voici, j'enverrai sur vous ce que mon Père a promis... restez dans la ville, jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la puissance d'En-Haut « (Luc 24/49).

Enfin le jour de la Pentecôte, à Jérusalem, «des langues de feu se posèrent sur chacun d'eux, et ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer» (Actes 2/3-4).

Le don de parler diverses langues, dans le cadre des réunions de l'Eglise, ne doit pas être confondu avec «le parler en langues», signe évident du baptême dans le Saint-Esprit, qui se manifeste et S'UTILISE de préférence dans la piété personnelle et privée du chrétien.

Ø     CE QU'IL N'EST PAS:

- Le don de parler diverses langues n'est pas une capacité linguistique. Il est entièrement surnaturel dans son opération (1 Corinthiens 12/11).

- Il n'est pas la compréhension de langage (1 Corinthiens 14/12)-

- II n'est pas la capacité de hurler ou de crier d'horribles sons.

- Il n'est pas la faculté de prêcher ou de parler dans des langues étrangères que l'on peut apprendre.

Ø     CE QU'IL EST :

C'est la capacité donnée par Dieu de parler d'autres langues que la vôtre, ces langues vous ne les connaissez pas, vous ne les avez pas apprises, et vous ne les comprenez pas (1 Corinthiens 12/10 ; 14/2, 4, 13 - 14, 19, 27).

1) Etudions d’abord ce qu'apporte le parler en langues : Paul l'expose clairement dans  1Corinthiens 14.

- Le parler en langues est un miracle, un acte de foi, puisqu'on ne comprend pas ce que l'on dit (Marc 16/ 17), mais ces nouvelles langues expriment, ce qu'on ressent sans parvenir à l'analyser ou l'expliquer.

- Le parler en langues donné lors du baptême dans le Saint-Esprit, prouve que le cœur du pécheur a été purifié, qu'il y a bien eu repentance instantanée, c'est une confirmation divine ! (Actes 10/44-45; 15/7-9& 19/6- 7).

- Le parler en langues permet au racheté de parler à Dieu sous l'inspiration du Saint-Esprit. Il supplée nos limitations, intensifie la communion avec Dieu.

- Le parler en langues permet de louer, de glorifier Dieu (Actes 2/11 & 10/46). Il inspire des paroles sublimes et merveilleuses, d'excellentes actions de grâces (1 Corinthiens 14/17)

- Le parler en langues permet de prier, d'intercéder par l'Esprit, selon Dieu. Cette prière, exprimée par les mots que donne le Saint-Esprit est exaucée ; elle est inspirée directement par l'Esprit, l'intelligence n'est pas sollicitée, mais reste consciente de ce qui se fait (Romains 8/26 - 27; 1 Corinthiens 14/14):

«Car je prie une langue inconnue, mon esprit prie... » (Version D. MARTIN). Eph. 6/18 ; 1 Corinthiens 14/15 A Jude 20.

- Le parler en langues édifie le croyant : «celui qui parle en langues, s'édifie lui-même» 1 Corinthiens 14/4. Lire : Eph. 3/ 6.

Edifier = construire, s'instruire, s'affermir, se fortifier. Porter à la piété, à la vertu : avoir une vie édifiante... inspirer l'exemple !...

- Le parler en langues devrait être exercé, et abondamment pratiqué par tous les chrétiens nés de nouveau (1 Corinthiens 14/5 - 18), dans le culte personnel et à volonté avec Dieu, en évitant de gêner, ou déranger les personnes vivant ou se trouvant à proximité. En parlant en langues ainsi, le chrétien se parle à lui-même et à Dieu, s'édifie, loue, prie, rend grâces (1 Corinthiens 14/28).

- Le parler en langues ne doit pas être manifesté à haute voix ou tapageusement dans les réunions de prière et d'adoration (1 Corinthiens 14/11, 16, 19 & 23). Il doit être discret, afin de ne pas gêner les louanges dans l'Eglise, et permettre la pratique du don de parler diverses langues, de l'interprétation des langues, ou du don de prophétie.

- Le parler en langues est un des moyens de grâce permettant d'être rempli ou renouvelé dans la vie de l'Esprit, afin de parvenir à la plénitude (Eph. 5/ 18 -19), et être plus capable d'exercer les dons spirituels avec assurance et onction. Il est un moyen pour les prédicateurs d'annoncer la Parole avec puissance et fruits : Actes 4/31 ; Romains 15/18 -19 ; 1 Corinthiens 2/4 - 5.

- Le parler en langues, s'il est abondamment exercé, doit devenir clair, avec des syllabes distinctes. Il faut veiller de ne pas céder au psychisme, ou à des émotions physiques excessives ou incontrôlées (1 Corinthiens 14/23, 32, 40).

Il s'agit d'une langue véritable et non de sons incohérents, ou de balbutiements provoqués par une intense émotion religieuse, ou par une excitation d'origine psychique...

Nous avons tous parlé le langage des bébés, mais nous avons appris à parler !

Ne restez pas « enfant »' dans la pratique du parler en langues ; enrichissez et affermissez par le Saint-Esprit, ces langues venues du ciel ! (1 Corinthiens 14/7- 9).

Les dons exercés n'en seront que plus clairs et plus précis (1 Corinthiens 14/ 11), vos prières, vos louanges et votre témoignage aussi !...

 

2) Le don de parler diverses langues :

Il faut remarquer que Paul a dû écrire ce chapitre 14 aux Corinthiens, parce qu'il y avait des abus et du désordre dans ces manifestations au sein de l'Eglise. Il devait aussi discipliner tous ceux qui parlaient en langues sans retenue et à haute voix, gênant le déroulement serein et édifiant des louanges et des dons. L'exercice de ces dons dans le seul cadre de l'église locale (1 Corinthiens 14/4 - 5, 19, 23, 26 - 27, 33) a pour but : édifier, exhorter, consoler, convaincre, dévoiler, révéler, instruire... Combien de communautés se privent de cette richesse et de cette puissance spirituelle ! Il y aura des blâmes au Tribunal de Christ !...

- Le don des langues doit-être interprété, afin qu'il serve à l'édification de l'Eglise (1 Corinthiens 14/5- 12).

- Le chrétien qui exerce le don des langues doit prier pour avoir le don d'interpréter (1 Corinthiens 14/13 : littéralement : «c'est pourquoi, que celui qui parle une langue prie afin qu'il interprète»), afin d'être en mesure de faire participer les autres à l'édification qu'il vient de recevoir, et ce, dans le langage compris de l'assemblée. Il y a alors opération de l'Esprit.

- L'exercice clair du don des langues est un signe (un miracle) pour les non-croyants (1 Corinthiens 14/22), et pour ceux qui doutent, ou qui combattent le baptême et les dons du Saint-Esprit, ainsi que les manifestations surnaturelles qui les accompagnent. Nous avons des témoignages remarquables depuis bientôt soixante dix ans de pratique et d'expériences en France !...

- Le don des langues est réglementé : «Que deux ou trois au plus parlent, chacun à son tour, et que quelqu'un interprète ; s'il n'y a pas d'interprète, qu'on se taise dans l'Eglise, et qu 'on parle à soi-même et à Dieu. « (1 Corinthiens 14/27 - 28). Dieu n'est pas un Dieu de confusion, mais d'ordre et de paix (1 Corinthiens 14/33 & 40).

- Certains chrétiens, déçus ou insatisfaits de la manière dont ces trois dons sont exercés, en viennent à les négliger, à ne plus les manifester, et cela, au détriment de l'Eglise, attristant le Saint-Esprit, et appauvrissant l'édification, l'exhortation et la consolation du peuple de Dieu. Ne laissez pas dormir ces dons si indispensables !

- Le caractère miraculeux et enrichissant de ces dons spirituels ne leur confère pas une autorité supérieure à la Parole de Dieu : la Bible. Aucun don, ni aucune manifestation des neuf dons de l'Esprit ne doivent ignorer les Ecritures inspirées par le même Esprit ! Il doit y avoir une parfaite harmonie. Ce qui veut dire aussi que les chrétiens qui exercent ces charismes, doivent «marcher selon l'Esprit», vivre dans la foi et dans la dépendance de Dieu, manifester le fruit de l'Esprit, à la gloire de Dieu (Galates 5/22 & 1 Thes. 5/23).

«Et n'empêchez pas déparier en langues !»... (1 Corinthiens 14/39).

 

LES DONS DE L'ESPRIT (8)

 

L’ INTERPRETATION DES LANGUES

 

 

Ø     CE QU'IL N'EST PAS:

 

 

Le don d'interprétation des langues (1 Corinthiens 12/10) :

-  Il n'est pas le don de traduction des langues. Ce «don spirituel» n'existe pas !

- Il n'est pas une opération de l'intelligence.

- Il n'est pas le produit d'un sens aiguisé des valeurs spirituelles, ni une capacité inusitée de pénétration de la Parole de Dieu.

- Il n'est pas donné qu'à un seul individu non plus qu'à une personne s'attribuant la responsabilité d'interpréter tous les messages exercés lors des réunions ! Après le don des langues, l'interprétation des langues est de beaucoup, le plus largement répandu.

 

Ø     CE QU'IL EST:

Ø      

- Il est l'indispensable complément du don des langues.

- Il demande plus de foi pour l'exprimer, car notre esprit reçoit et comprend l'interprétation au fur et à mesure que l'Esprit la donne.

 

- Il est miraculeux, mais il dépend de la bonne volonté et de la consécration de la personne qui le manifeste.

 

- Ceux qui parlent en langues et qui exercent le don des langues doivent prier pour le recevoir (1 Corinthiens 14/ 23).

 

- Le tempérament, les dons naturels, l'instruction ou la nationalité de la personne qui possède ce «don d'interprétation des langues», peuvent exercer une influence sur les mots, l’élocution, mais le don n'en reste pas moins surnaturel !

 

- L'interprétation des langues est l'exposé surnaturel, par le Saint-Esprit, de la signification des paroles prononcées par un message donné en langues inconnues. La personne qui manifeste ce don ne comprend jamais la langue qu'elle interprète, et il n'est pas de son ressort de fournir dans sa propre langue des termes équivalents aux paroles inspirées.

 

- Ce don sert à rendre le don des langues intelligible, afin que l'Eglise, comme celui qui l'exerce, en reçoive édification (1 Corinthiens 14/5).

 

- Sans ce don de l'interprétation des langues, le don de parler diverses langues le plus authentique et le plus fervent n'est d'aucun profit à l'Eglise, c'est pourquoi, non interprété, il est déconseillé (1 Corinthiens 14/11, 23 & 28).

 

- La personne qui donne un message en langues inconnues, peut interpréter elle-même (1 Corinthiens 14/ 5).

- Comme pour le don des langues, l'interprétation des langues est limitée à deux ou trois (1 Corinthiens 14/ 27 - 28). La traduction précise de 1 Corinthiens 14/ 21 serait : «Si en tangues quelqu'un parle, par deux ou au plus trois à la suite, et que quelqu'un interprète !».

Puisqu'il s'agit de dons exercés dans l'Eglise, et au profit de l'Eglise, nous devons exceller dans l'édification de celle-ci, en nous appliquant à une meilleure expression vocale, en nous y préparant dans la prière et le parler en langues en privé.

 

Remarque : Le chant en langues.

 

Le chant en langues n'est pas nommé dans la liste des dons. C'est une manifestation qui accompagne et enrichi le parler en langues personnel, et permet d'adorer, de louer, de glorifier le Seigneur dans l'expression d'un chant inspiré. Paul le précise dans Eph. 5/ 19 : «Entretenez-vous (édifiez-vous, parlant à vous-même, et non aux autres) par des psaumes, par des hymnes, et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre cœur, les louanges du Seigneur ».

 

LES DONS DE L'ESPRIT (9)

 

LE DON DE PROPHETIE.

 

1 Corinthiens 12/10 :... «A un autre, la prophétie »,..

 

Ø     CE QU’IL N'EST PAS:

 

- Il ne faut pas confondre «le don de prophétie» avec le ministère de prophète.

Les ministères sont appelés «DONS» (Eph. 4/8- 11 ; 1 Corinthiens 12/ 28 - 30), mais les ministères sont les dons de Christ à l'Eglise, tandis que les dons du Saint-Esprit, mentionnés dans 1 Corinthiens 12 & 14 sont des grâces données aux croyants, membres du Corps de Christ, exercées en faveur et dans le cadre de l'Eglise ; puis à l'égard des pécheurs perdus, selon les dons reçus et les fonctions reconnues.

- Le don de prophétie n'est surtout pas l'art de prédire ou d'annoncer l'avenir.

- Il n'est pas la capacité - ou la liberté – de juger ou de flétrir les Saints.

- Le don de prophétie n'est qu'un instrument. Cette grâce ne qualifie pas pour le ministère prophétique (Il faut en effet d'autres dons de révélations et des preuves formelles).

- Il ne faut pas confondre cette grâce avec la prédication. Prêcher et prophétiser sont deux fonctions biens distinctes. Par contre, «le don de prophétie» est parfois manifesté dans le cours d'une prédication.

- Il n'est pas non plus la capacité de citer ou d'énumérer des versets bibliques. Le rappel, l'enseignement, ou la citation de textes de l'Ecriture est plutôt l'œuvre de la personne du Saint-Esprit (Jean 14/26 ; Luc 12/11 - 12) ou tout simplement le travail de la mémoire.

 

Ø     CE QU’IL EST:

 

- Il est la capacité donnée par Dieu, de présenter dans votre propre langue, un message venant directement du cœur et de la prescience de Dieu, en vue de l'édification, de l'exhortation, de l'instruction et du réconfort de l'Eglise.

- Le don de prophétie a la priorité sur les deux autres dons vocaux. Paul recommande de le désirer avec ardeur (1 Corinthiens 14/1).

- Cette grâce est destinée à parler surnaturellement aux hommes (à l'Eglise, et aux personnes qui sont présentes dans les réunions), car Dieu connaît les besoins des coeurs (1 Corinthiens 14/3, 24-25).

- Exercer le don de prophétie, c'est participer à l'édification, à l'exhortation, à la consolation de l'Eglise. Ce privilège est un enrichissement collectif, aussi doit-il être exercé par le plus grand nombre, à condition que la vie chrétienne de chacun soit irréprochable dans l'Eglise et dans la vie privée.

- Le don de prophétie est un signe - un miracle - pour les croyants (1 Corinthiens 14/22).

- Le don de prophétie peut convaincre un non-croyant en dévoilant les secrets de son cœur, que Dieu seul peut connaître, et l'amener à croire en la présence et à l'existence de Dieu (1 Corinthiens 14/24 - 25).

- Le don de prophétie ne peut remplacer, ou faire autorité sur la Parole de Dieu : la Bible. Il disparaîtra (1 Corinthiens 13/ 8), mais la Parole du Seigneur demeurera éternellement (l Pierre 1/25).

- Le don de prophétie doit-être jugé et contrôlé (1 Corinthiens 14/29 ; 1 Thes. 5/19 - 22). C'est pourquoi la personne qui possède cette grâce est responsable de son usage (1 Corinthiens 14/33) abus, suppression, contrôle (que son exercice soit limité à l'Assemblée !).

- Comme pour le don de parler diverses langues, le bon usage conseillé est de deux ou trois messages du don de prophétie (1 Corinthiens 14/29).

- Comme pour le don de parler diverses langues, le bon usage conseillé est de deux ou trois messages du don de prophétie (1 Corinthiens 14/29).

- Ce don, ouvert à tous : hommes et femmes, exige une grande ferveur, et une grande discipline de vie et de témoignage en Christ (1 Corinthiens 11/5 ; 12/31 et 14/1 - 5).

- Ce don procède par inspiration et par révélation (révéler : c'est faire connaître ce qui était tenu secret. Or dans certains cas, la prophétie dévoile les secrets du cœur, en vue de la repentance). Vous ne connaissez pas le message à l'avance.

- Ces trois dons d'inspiration et d'élocution entrent en œuvre au gré, et sous la responsabilité de chacun : voilà pourquoi il y a des règles pour son emploi.

 

RESUMONS

- Christ fut doté des dons de l'Esprit : Luc 4/14 -19 ; Actes 10/38.

- Il nous les a promis : Actes 1/ 8. La réception du baptême dans le Saint-Esprit, permet la réception et la manifestation des grâces (ou charismes).

- Les croyants de l'Eglise naissante les reçurent et les mirent en œuvre : Actes 2/ 43 ; 3/1 -9; 4/29-33; 5/1 - 16 ; 8/5-8; 9/17- 19; 9/32-43...

- Ils confirment la prédication de l'Evangile, leurs résultats en rendent témoignage : Marc 16/15 ; Actes 14/3 ; Romains 15/18 - 19 ; Hébreux 2/3 - 4.

- Il convient de les rechercher, de les découvrir, de les recevoir et de les pratiquer dans la foi : 1Corinthiens 12/31 et chapitre 14.

- Il ne faut pas les ignorer, en faire fi : 1 Thes. 5/20.

- Il ne faut pas éteindre leur manifestation parmi nous : 1 Thes. 5/19,

- Il ne faut pas les négliger : 1Timothée 4/14.

- Leur manifestation et leur résultat peuvent servir à fonder la foi des croyants sur la Parole de Dieu: 1 Corinthiens 2/4-5; Actes 8/5-13.

- La foi est nécessaire à ceux qui les exercent, et pour ceux qui en bénéficient : Matthieu 9/ 28 ; Marc 9/22 - 24 ; Actes 14/9 ; 3/ 7- 8 ; 9/34.

- Nous devons exercer les grâces de l'Esprit jusqu'à ce que Jésus vienne nous chercher : 1 Corinthiens 13/8- 10.

- Une fois que vous avez manifesté une grâce (un don), il est en vous : 1 Timothée 4/14.

- Ils doivent entrer en action, grâce à votre disponibilité (par la souveraineté et la volonté du Saint-Esprit) et vous devez les ranimer, s'ils deviennent rares : 2 Timothée 1/ 6.

- Ils ne peuvent être reçus, ou achetés par des impies : Actes 8/18 - 23.

- Des signes et des miracles ont été accomplis par des impies : Exode 7/10, 12, 22 ; 8/7 ; Actes 8/11 - 18 & 22 ; 16/16 - 18... Ces signes s'accomplissent par la puissance de Satan : les mages de Pharaon : 2 Thes. 2/9...

- Le jour vient où des signes et des prodiges mensongers seront manifestés, accomplissant le dessein de Dieu pour que ceux qui rejettent notre Seigneur Jésus-Christ soient trompés : 2 Thes. 2/9-12; Apocalypse 13/13 - 14 ; 19/ 20.

- La manifestation sage et dynamique des grâces de l'Esprit dans le cadre de l'Eglise, et au moyen de l'Eglise et des Ministères établis par Christ, permet à notre Seigneur de continuer et d'achever la tâche immense et bénie du salut des âmes, d'accréditer sa Parole, et de vaincre Satan et ses hordes destructrices par sa toute puissance et son œuvre rédemptrice.

 

La personne du Saint-Esprit

 

Comme Dieu le Père et Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit est :

1)     Omniprésent : Ps 139/7-10     Omnipotent : Luc 1/35

Omniscient : 1Corinthiens2/10-11          Eternel : Hébreux 9/14

2) Le Saint-Esprit est une Personne :

- Il parle : Apocalypse 2/7                      Il intercède : Romains 8/26

Il aime : Romains 15/30              Rend témoignage : Jean 15/26

Il aide : Romains 8/26                 Il console : Jean 14/16

Il est la Vérité : 1 Jean 5/6                      Il dit la Vérité : Jean 14/26

Il convainc : Jean 16/8                Il sanctifie : Romains 15/16

Il fait naître d'en haut : Jean 3/5.6.8

Il chasse les mauvais esprits : Matthieu 12/28

Il guérit les malades : 1 Corinthiens 12/9

Il inspire et conduit l'adoration et la prière : Jean 4/23.24 et Romains 8/26.27

Il baptise dans la puissance : Actes 1/8

Il fait mourir le comportement charnel : Romains 8/13

Il libère de la loi du péché et de la mort : Romains 8/2

Il donne le désir de vivre pour Dieu et en paix : Romains 8/5.6

Il glorifie Jésus : Jean 16/14

Il donne les dons : 1 Corinthiens 12/7 à 11

Il reproduit en nous la Nature de Christ : Galates 5/22

Il ressuscite les morts : Romains 8/11

Il demeure éternellement avec vous : Jean 14/16

II retient l'Antichrist, et sera enlevé avec l'Eglise : 2 Thes. 2/6.7

II a participé à la création : Genèse 1/2

II scelle notre appartenance à Dieu : Éphésiens 1/13.14

La place me manque pour établir toute l'importance, et l'impérieuse nécessité de permettre au Saint-Esprit de demeurer en nous et de servir de notre être pleinement puisque nous sommes son temple ! (1 Corinthiens 6/19)

 

Le ministère du Saint-Esprit

 

Avant d'exercer son ministère public, Jésus, à l'âge de trente ans, fut baptisé dans l'eau, et!!!

Pendant qu'il priait le ciel s'ouvrit et le Saint-Esprit descendit sur Lui !!! (Luc 3/21)

Puis : ... «Jésus, revêtu de la puissance de l'Esprit, retourna en Galilée, et sa renommée se répandit dans tout le pays... » (Luc 4/14)

De même, les disciples et les Apôtres, une fois baptisés et remplis du Saint-Esprit (Actes 2) furent rendus capables de fonder et de faire croître l'Eglise primitive, par la prédication de l'Evangile et le puissant ministère de l'Esprit.

Dans le livre des Actes, le Saint-Esprit est nommé 53 fois ! Le remarquable chapitre 8 de l'Epître aux Romains, cite 19 fois le Saint-Esprit!

L'action très importante du Saint-Esprit pour la croissance, le changement de vie et la sanctification des croyants - en plus de l'indispensable manifestation du fruit et des dons miraculeux du Saint-Esprit - doit être poursuivie et maintenue sans faiblesse !

La merveilleuse et sainte présence de la Personne du Saint-Esprit dans la vie du chrétien, et dans les vies des diacres et diaconesses, des Anciens et des ministères dons...( Actes 2 à 28), doit être indispensable et encouragée aujourd'hui. Le ministère précieux de l'Esprit doit s'imposer dans chacune de nos vies comme Celui qui :

Régénère (Tite 3/5)

Produit la repentance (Jean 16/8)

Rempli de puissance (Jean 14/12)

Nous sanctifie (2 Thes. 2/13)

Nous aide et nous console (Jean 14/26)

Il est même notre Avocat ! (1 Jean 2/1) Puisque Jésus a précisé : « Je vous donnerai un autre Moi-même.. ».

Quelle grâce et quel bonheur d'être baptisé et remplis de Dieu, le Saint-Esprit ! Alléluia.

«... Remplissez-vous du Saint-Esprit.. » (Eph. 5/18)

 

Pasteur Albert LEBLOND

 

Livres consultés :

- Les dons de l'Esprit de Harold HORTON  - aux Editions Viens & Vois 22, rue Paul Bert - 69150 DECINES

Ce livre est certainement la référence sur le sujet des dons de l'Esprit.

- Brochure : Les manifestations de l'Esprit du pasteur CH. GISQUET-

- Déférentes versions de la Bible

 

  • 02 DONS DE PUISSANCE
  • 01 DONS DE REVELATION