Doctrine
Open Panel

L'ADOPTION (6)

 

 

 

Liberté et héritage

 

 

 

  1. La liberté des enfants de Dieu

 

 

 

« Lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme, né sous la Loi, afin qu'il rachète ceux qui étaient sous la Loi, afin que nous recevions l'adoption. Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l'Esprit de son Fils, lequel crie: Abba ! Père !(Galates 4.4-6)

 

 

« Avant que la foi vienne, nous étions enfermés sous la garde de la Loi, en vue de la foi qui devait être révélée. Ainsi la Loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous soyons justifiés par la foi. La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue. Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ. » (Galates 3.23-26)

 

 

 

Une autre conséquence de l'adoption est notre délivrance de la servitude de la Loi, et le plein bénéfice de la liberté des enfants de Dieu. Là où règne l'esprit d'adoption, il n'y a pas de lien.

 

 

 

Les mouvements de la chair conduisent à l'esclavage; ceux de l'Esprit à la liberté. Fils d'adoption, nous avons conscience de la grâce et de l'amour de Dieu. Nous sommes conduits par son Esprit. Nous apprécions ce qui est divin. Nous trouvons notre plaisir en Dieu. Nous répondons à son amour. Toutes nos relations avec lui s'établissent dans l'esprit d'adoption.

 

 

L'adoption place l'être humain dans sa destination primitive. Avant la chute d'Adam, l'homme est l'image de Dieu. « Lorsque Dieu créa l'homme, il le fit à la ressemblance de Dieu. » (Genèse 5.1) Après la chute, l'homme est l'image de l'homme. « Adam, âgé de cent trente ans, engendra un fils à sa ressemblance, selon son image, et il lui donna le nom de Seth. » (Genèse 5.3) Par et dans l'adoption en Jésus-Christ, l'image de Dieu est rétablie dans l'homme nouveau.

 

 

 

2. L'héritage de Dieu

 

 

« Ainsi tu n'es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu. » (Galates 4.7)

 

 

« Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers; héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ. » (Romains 8.17)

 

 

Le fils est riche, tandis que le serviteur, l'esclave est pauvre. L'Écriture parle des richesses de la grâce. « En lui [Jésus], nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce. » (Ephésiens 1.7) « ...Afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce. » (Ephésiens 2.7)

 

 

L'Écriture parle aussi des richesses de la gloire de Dieu. « Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire en Jésus-Christ. » (Philippiens 4.19)

 

 

 

Enfin, la parole de Dieu dévoile les richesses de la bonté du Seigneur. « ...Méprises-tu les richesses de sa bonté ? » (Romains 2.4)

 

 

 

Le frère aîné du fils prodigue avait la nature, la condition « d'enfant du père », mais il ne vivait pas dans la position de « fils ». Il se plaçait dans la position d'un serviteur, d'un esclave. « Il répondit à son père: Voici, il y a tant d'années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. » (Luc 15.29) 

 

 

 

En se plaçant ainsi, il n'a pas bénéficié des richesses de son héritage. « Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j'ai est à toi. » (Luc 15.31) Il est passé à côté de toute la grâce paternelle ! A la fin de la parabole, le fils prodigue est à nouveau dans la maison, le fils aîné est dehors, et ne veut pas entrer ! Il est devenu allergique à l'esprit du père, à l'esprit de la grâce. Jésus nous a prévenus: « L'esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours. » (Jean 8.35)

 

 

Bien-aimés frères et sœurs, nous ne sommes rien, et nous ne pouvons rien sans Christ et ce, à tous les degrés de notre rédemption et de notre glorification. Nous devons constamment nous en souvenir. La parole de Dieu déclare: « Dieu a voulu que toute plénitude habite en lui [Jésus]. » (Colossiens 1.19).

 

 

Paul livrait un grand combat spirituel pour les croyants de Colosses, pour ceux de Laodicée, et pour tous ceux qui n'avaient pas vu son visage en la chair, afin qu'ils connaissent « le mystère de Dieu, savoir Christ, mystère dans lequel sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science. »

 

 

 

(Colossiens 2.3) Nous ne sommes héritiers de Dieu que parce que nous sommes cohéritiers de Christ. La Bible dit: « Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses... » (Hébreux 1.1-2) Jésus est le Fils de Dieu, et en tant que tel il est héritier de toutes choses. Il en est ainsi de nous en lui.

 

 

Dans la succession d'un père, chacun des enfants ne reçoit qu'une partie de l'héritage. L'héritage céleste, au contraire, est reçu pleinement, sans en rien ôter aux autres héritiers. Lorsque le soleil brille, sa lumière ne luit pas pour quelques privilégiés, mais pour tous. Il en est ainsi de l'héritage de Dieu pour ses fils.

 

 

Conclusion

 

 

Ceux qui reçoivent l'Esprit d'adoption sont unis dans un rapport filial avec Dieu, semblable à celui que Jésus-Christ, notre frère aîné, entretient avec son Père. « Car ceux qu'il [Dieu] a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils soit le premier-né entre plusieurs frères. » (Romains 8.29) D'ailleurs, après avoir achevé son œuvre de rédemption, Jésus dit à Marie de Magdala: «... Je ne suis pas encore monté vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » (Jean 20.17)

 

 

 

Pasteur Paul BALLIERE