Dispensations et Alliances
Open Panel

02 LA DISPENSATION DE LA CONSCIENCE

(Gen 3.6-7) 

 

Thèmes principaux

La corruption de toutes choses

 (Gen ch 3 à 5) 

 

Elle part de la désobéissance de l’homme et de la femme envers Dieu pour aboutir au déluge (Ge 3.7-6.7). L’homme et la femme ayant péché au commandement de Dieu selon Ge 3.6-7, la promesse initiale de la rédemption leur fut accordée (Gen 3.15).

  

Par définition, la conscience est le résultat de la connaissance vécue du bien et du mal, de la responsabilité qui incombe à chaque être humain, des conséquences de ses actes et de ses paroles, envers lui-même, envers la société, et surtout en priorité à l’égard de Dieu (Ro 2.15)

  

Note : Elle n’a pas une fonction législative, mais judiciaire. À partir du péché de l’homme et de la femme à l’égard de l’ordre spécifique de Dieu selon Ge 2.16-17, cet acte délibéré va marquer une transition entre la connaissance théorique et la connaissance expérimentale du bien et du mal (Ge 3.5-7,22). Ainsi, le péché a fait son irruption dans le monde (Ro 5.12-14).

  

Selon l’Écriture, et par définition, le péché est la transgression de la loi (1Jn 3.4). Le mot hébreu khata signifie ce qui manque le but. En grec hamartia signifie erreur, faux état d’esprit.

 

 Ainsi, l’homme et la femme par rapport à Dieu sont devenus : 

Ø     semblables par leur capacité de différencier le bien du mal.

 

Ø     dissemblables par leur choix libre et responsable de préférer le mal au lieu du bien.

 

Comme nous le remarquons, Dieu rend l’homme et la femme moralement responsables, de faire tout ce qu’ils savent être bien et de s’abstenir de tout mal connu, et de s’approcher de Dieu par le sang du sacrifice institué alors en prévision de l’œuvre future et parfaite de Christ

 

 (Gen 3.15). 

 

Cette citation a été désignée par la théologie de proto-évangile (ou premier évangile). En effet, ce verset biblique contient une vérité profonde et précieuse.  Il ne présente rien moins qu’une merveilleuse prédiction de la mort et de la résurrection de Jésus le Sauveur sur Satan.

 

Du point de vue théologique, on pourrait interpréter ce verset de la manière suivante

 

Il y aura une haine intense entre Satan et Christ. Finalement, Christ écrasera la tête du serpent (de Satan), mais dans la lutte, il sera blessé au talon (Esa 53.5 ; Ro 16.20 ; Ap 12.9 ; 20.2).

 

Toujours selon Gen 3.15, c’est sur ce fondement qu’est établi l’alliance avec Adam déchu.

Il s’agit maintenant d’examiner les causes et les effets du péché (Gen ch 3).

 

À cause de sa justice, de sa sainteté et de son amour, Dieu affronte le péché, et il va prononcer 5 jugements

  

1.     sur le serpent (v 14) l’obligation pour lui de marcher sur son ventre et de manger la poussière

 

2.     sur Satan (le diable) (v 15) recevoir une blessure fatale à la tête.

 

3.     sur la femme (v 16) les souffrances de l’accouchement et de l’assujettissement à l’homme.

 

4.     sur l’homme (v17) le travail pénible et fatiguant.

 

5.     sur la nature (v18) environnement hostile avec l’apparition de chardons et de broussailles.

b) A cause de sa justice, de sa sainteté, de son amour et de sa grâce, Dieu vient au secours du pécheur, et il lui offre 4 moyens de grâce

 

Ø     En cherchant d’abord l’homme (v 9 et 11) en l’amenant à penser sur sa relation avec Dieu et à réaliser les conséquences de son acte.

 

Ø     en cherchant la femme (v 13) en l’amenant à réfléchir sur les raisons de son acte.

 

Ø     en leur promettant un Sauveur (rédempteur) (v 15) première prophétie qui révèle « l’œuvre rédemptrice » accomplie par Christ sur la croix, afin de sauver les êtres humains de leurs péchés (Je 19.30).

 

Ø     en revêtant l’homme et la femme d’habit de peau (v 21) acte accompli par Dieu leur permettant d’être couvert par sa justice et ouvre la voie du pardon par un premier sacrifice. cf Heb 9.22.

 

En chassant l’homme et la femme du jardin d’Éden (v 24) et en se référent aussi au v 22, nous comprenons mieux la raison pour laquelle Dieu les chassa du jardin d’Éden. Seul Christ est venu pour nous ouvrir le paradis de Dieu (Ap 2.7 ; 22.2, 14,19).

 

Le martyr d’Abel par Caïn son frère (Ge 4.1-15) nous découvrons ici le premier meurtre commis par l’homme à l’égard de son semblable.

  

Ø     Caïn est le type même de l’homme naturel (psychique) terrestre. La conception de sa religion ignore la véritable conviction de péché et tout besoin d’expiation. En présentant son offrande à Dieu avec le produit de son travail, il cherche à s’approcher de Dieu par ses propres efforts. Ne recevant pas l’approbation de Dieu sur son offrande, pris d’un accès de colère il se venge sur Abel et le tue.

 

Ø     Abel est le type même de l’homme spirituel. En offrant un agneau, son sacrifice impliquant l’effusion du sang expiatoire, est à la fois la confession de son péché et l’expression de sa foi en l’intervention d’un substitut (He 11.4).

 

Ø     la civilisation de Caïn (Ge 4.16-24) civilisation matériel se développera par une vie citadine et pastorale tout en développant les arts et l’industrie. Cependant, nous voyons que Dieu est systématiquement écarté des pensées de Caïn.

 

Ø     la naissance et la famille de Seth (Ge 4.25-26). En effet, Seth est remplacé d’Abel tué par son frère Caïn, et c’est à ce moment-là qu’on commença à invoquer l’Eternel.

 

Ø     Hénoc l’un des descendants de Seth (Ge 5.23-24 ; He 11.5) avec lui, nous suivons la lignée spirituelle, celle de la foi au Dieu vivant et vrai.

 

La condamnation de toutes choses

(Ge ch 6 à 9)

a) La situation morale avant le déluge

(Ge ch 6) 

Ø     augmentation de la population (v 1)

 

Ø     déploiement d’une grande activité satanique (v 2)

 

Ø     humanité dépravée, d’une grande méchanceté sans précédent (v 5 et 11)

 

Ø     à cause de cet état de chose, Dieu regretta d’avoir créé l’homme et son cœur en fut profondément affligé (v 6)

 

Le salut offert aux hommes à travers le déluge

  (Gen ch 7 à 8)  

Ø     Noé qui a trouvé grâce aux yeux de Dieu lui ordonne de construire une arche en bois de gopher offrant toute sécurité (Ge 6.8-9,13-14)

 

Ø     Noé et l’arche qu’il construisit (Ge 6.15-16) dont le but est double :

 

Ø     pour la conservation de la famille de Noé

 

Ø     pour être un témoignage envers le monde de son époque (He 11.7)

 

Ø     Noé entre dans l’arche avec sa famille afin d’être épargnés par le jugement du déluge (Ge 7.1)

 

Ø     Noé et sa famille sortent de l’arche (Ge 8.18) et Dieu promet de ne plus envoyer le déluge (le plus grand cataclysme du monde) (Ge 8.21-22)

 

La tragédie après le déluge avec la famille de Noé

  

Ø     Dieu donne l’ordre à Noé et à sa famille d’être fécond et de remplir à nouveau la terre (Ge 9.1-7)

 

Ø     Noé et son péché apparaît en s’enivrant du produit de sa vigne et se découvrit sous sa tente (Ge 9.20-21)

 

Ø     Les 3 fils de Noé font le constat de sa nudité sous sa tente (v 22-24)

 

Ø     la prophétie de Noé consiste à prédire l’avenir matériel et spirituel de ses 3 fils et de leurs descendants (v 25-27).

 

Définition du plan

(Cause à effet)

 

Ø     Responsabilité (Ge 3.5-7, 22 ; 4.4) Elle consiste à faire le bien et à offrir un sacrifice sanglant

 

Ø     Échec (Ge 6.5, 11-12) La méchanceté s’est accrue et devenue démesurée

 

Ø     Jugement (Ge 6.13 ; 7.22-24) Le déluge est devenu universel.

     

Conclusion

Ainsi, la dispensation (ou l’âge) de la conscience s’est terminée par la corruption généralisée au sein de l’humanité. L’ancien Testament raconte comment Dieu dans sa grâce traite la nation d’Israël et les pécheurs Le Nouveau Testament raconte comment dans sa grâce, Dieu traite l’Église et les pécheurs

 

 

    Pasteur Michel Botteron